So long, and thanks for all the fish !

Dans un projet comme le notre, un des actes majeurs consiste en quitter son emploi actuel. Il matérialise en effet l’échéance prochaine du départ.

Personnellement, mon préavis est de trois mois. Ainsi, pour un décollage début Juin, et si l’on souhaite garder un peu de temps pour plier les gaules, il s’agirait de ne pas traîner. Continuer la lecture de So long, and thanks for all the fish !

Hommage à des oiseaux à cordes

Décidément, 2016 commence difficilement. Ces oiseaux là savaient s’accrocher comme personne aux cordes qui passaient sous leurs pattes.

La country californienne était incarnée par cette bande de piaf. Glenn Frey en était l’inspirateur incontestable.

Mais ils mangent quoi, au fait, les Canadiens ?

Bon, il faut le reconnaître, nos vacances au Canada ne nous ont pas laissées un souvenir culinaire impérissable. A la décharge de nos cousins d’outre-atlantique, notre budget de l’époque ne nous a pas forcément permis de tester toute la richesse des recettes à l’érable. Rapide Tour d’horizon des spécialités connues ou à découvrir, qui nous attendent de pied ferme.

De la poutine ! Pour rire un peu, il serait dommage de ne pas parler de la fameuse Poutine. Une sorte de légende laisserait entendre que Continuer la lecture de Mais ils mangent quoi, au fait, les Canadiens ?

On peut faire confiance aux norvégiens…

La marque Napapijri gagne en visibilité depuis quelques années, sur le marché français notamment. La marque arbore sur la quasi totalité de ses fringues le drapeau norvégien, pays qui semble aussi froid qu’un contrôleur de gestion.

Du coup, j’ai acheté une veste bien chaude de cette marque imprononçable pour affronter l’hiver canadien. Je passerais pour un norvégien mais c’est pas grave.

Le hic, c’est que Continuer la lecture de On peut faire confiance aux norvégiens…

T’as des bottes mon pote, elles me bottent

Il parait que l’hiver canadien est un petit peu plus frais que celui que nous avons à Rennes. Du moins, une rumeur le laisse entendre.

Une collègue, qui a passé quelques mois sur place, me conseille de ne pas négliger l’équipement de base, à savoir les bottes et le manteau. Pour les bottes, elle m’a conseillé les bottes à la canadienne, c’est à dire Continuer la lecture de T’as des bottes mon pote, elles me bottent

Remplis ma tête d’autres horizons, d’autres mots

Nous décollons le 2 juin 2016 depuis Nantes, à destination de Montréal. Nous n’avons pas pris de billets retour car nous ne savons tout simplement quand nous reviendrons, ni même si nous reviendrons. Nous avons choisi la compagnie Air Transat pour ce trajet, et cela pour deux raisons majeures : Continuer la lecture de Remplis ma tête d’autres horizons, d’autres mots

La valise !

Une bonne grosse valise à roulette ! Voilà ce qu’il nous faut ! En fait il nous en faut deux. Et nous avions la première.

Quand nous sommes partis en vacances au Canada en 2014, un collègue m’a prêté une autre valise « à l’ancienne », c’est a dire qui se porte. Elle avait bien des roulettes, mais seulement deux, et sur la tranche uniquement.  Il avait été bien aimable de me la prêter, et celle ci nous a servie, mais quelle saloperie ! C’est tellement dépassé comme conception que je ne trouve aucune image sur google pour illustrer cela.

Avec le recul, les roulettes sur les valises, c’est assez récent. Quand j’étais gamin, les rares valises qui avaient des roulettes étaient le top du top. Et elles étaient tout le temps sur la tranche la plus petite (comme celle que l’on nous a prêté). Mais en fait, c’est vraiment pas pratique. Les valises d’aujourd’hui ont 2 ou 4 roues, et quand elles sont 2, c’est sur la largeur, pas sur la tranche. Du coup la valise reste stable quand on la traîne.

Ce qui me surprends, c’est que cela soit si récent. Franchement, une valise, c’est quand même un truc qui existe depuis des lustres ! Qu’on ait pensé à y mettre des roulettes si tard, et que l’on ait attendu 20 ans pour les mettre du bon coté, ça me dépasse …

Il fallait voir Nono galérer avec cette valise d’un autre age pendant 12 jours. Il a pesté sans cesse (avec raison), et nous avons établi qu’il nous fallait seconde valise. Nous n’avons pas voyagé depuis, du moins pas au point d’avoir besoin d’une telle contenance… mais cela va bientôt changer. Alors, il nous faut une bonne grosse valise à roulettes !

Grâce à vente-privée.com, voilà qui est réglé ! Une belle valise Delsey, noire, quatre roulettes … je suis ravi ! Pour une petite centaine d’euros, je crois que c’est un bon achat. Elle est arrivée à la fin du mois de décembre, et cherche sa place dans l’appartement. Pour l’instant, elle attends dans le salon.

Il faut se débarrasser de nos objets !

Nous ne partirons pas avec un conteneur derrière nous… d’ailleurs, il n’est même pas certain que nous soyons capable de remplir un conteneur avec nos possessions. Entre un canapé pourri, une table de salon premier prix de plus de dix ans, et quelques meubles Ikea, l’ensemble ne justifie ni le prix d’un transport, ni un quelconque attachement sentimental. Donc il faut tout bazarder !

Paradoxalement, si ce sont bien les gros objets que nous sommes certains de ne pas emmener avec nous, ce sont les petits que nous dispersons en premier. Il faut dire qu’ils sont nombreux, et que cela risque de prendre un peu de temps. Notre boutique sur Priceminister a donc vu début octobre quelques 160 livres, DVDs, ou jeux vidéos. Il faut reconnaître que c’est assez facile à utiliser, pour ce genre de produits : la saisie du code-barre identifie l’objet et nous épargne une longue saisie telle qu’il faudrait le faire sur des sites comme leboncoin.

Ça a plutôt bien marché. Au début, comme j’étais tout le temps en déplacement professionnel, Nono a du se taper les emballages et expéditions – jusqu’à 5 ventes par jour. Ces temps-ci les ventes se sont un peu calmées, mais cela continue de partir. Il reste un peu moins de 90 objets.

Trois gros objets ont été vendu dès juin-juillet. Dans l’ordre, une batterie pour Guitar Heroes, mon piano, et ma voiture. Très franchement, je pensais que ça partirait dans l’ordre exactement inverse. Le plus compliqué fut ma voiture – il faut dire qu’elle faisait partie d’un segment atypique. Mais une fois cela vendu, le capital fait des petits en attendant le départ.

Quelques mois avant de partir, il nous faudra trouver que faire de nos meubles… s’il y a des preneurs, manifestez vous !

Une nouvelle année !

Avec cette nouvelle année, de nouveaux projets qui se concrétisent.

Ce site est là pour les partager, avec nos proches qui pourront nous suivre, et ceux qui seront arrivés là plus ou moins par hasard.