Il s’agit bien de notre cause commune

Il est humain de ne s’inquiéter que de ce qui nous touche directement. On se sent, selon nos affinités, plus ou moins affecté par ce qui se passe dans le monde. C’est normal, on cherche à protéger ses proches, les siens, ceux qui nous ressemblent. Certains sont donc plus affectés que d’autres par les drames du 7 janvier 2015, du 13 novembre 2015, les enlèvements du 14 avril 2014, ou les évènements d’Orlando.

Que vous vous sentiez concernés ou non pour l’ensemble des évènements récents, sachez bien qu’il s’agit là, encore une fois, d’attaques dirigées clairement contre notre façon de vivre, de penser, d’exister. Lorsqu’on s’attaque à des caricaturistes, on s’attaque bien à la liberté d’expression. Dire que tout de même, ils l’avaient un peu cherché, c’est légitimer ces gens. C’est dire aussi que ceux qui sont mort au Bataclan, au Burger King, ou ailleurs aux terrasses de Paris, avaient tord de se trouver là, à écouter de la musique, manger, regarder un match, boire un coup.

C’est bien des Gays qui ont été visés Dimanche dans la nuit. Et au travers d’eux, encore, notre façon de vivre, de penser, d’exister. Ce n’est pas plus « légitime » de s’attaquer à des jeunes filles africaines, des caricaturistes, des gays, des enfants. C’est notre cause à tous, qui que nous soyons, de lutter contre cela.

Ceux qui croient que c’est ainsi qu’ils imposeront leur vision du monde se trompent. Demain, nous continuerons à vivre comme nous l’entendons. Jamais nous nous plierons à leur vision du monde. Jamais nous ne changerons ce que nous sommes. Restons debout, ne changeons rien. Surtout pas. Si nous le faisions, nous les encouragerions.

Nous sommes l’humanité, et leur résister, c’est notre cause commune.

Une réflexion sur « Il s’agit bien de notre cause commune »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *