C’est la rentrée !

Un peut partout dans le monde, le mois de septembre est synonyme de rentrée des classes. Ici à Montréal, c’est fin Août que les enfants commencent à reprendre les mythiques bus jaunes.

Plusieurs choses sont amusantes autour de la rentrée : d’abord, les étudiants reprennent l’université au moins une semaine plus tôt que les primaires. Cela peut paraitre anodin, mais il faut savoir que les « camps de jour » (que l’on  nommerait « centres aérés » en France) sont animés par des étudiants, justement. Ainsi, une bonne semaine avant la rentrée des classes, les parents se retrouvent avec leurs enfants « sur les bras ». Quelques solutions existent ici et là tout de même : certaines commissions scolaires accueillent les enfants tout de même, sans faire classe ; d’autres camps de jours restent ouverts… mais c’est loin d’être une majorité. Alors on voit dans les bureaux, dans les « cubicles » si répandus ici, des parents venir avec leurs enfants. Ceux-ci passent leur journée à coté de papa ou maman, et dessinent, s’occupent comme il peuvent. Dans certains restaurants, un ou deux enfants attendent à une table, en regardant des dessins animés sur une tablette par exemple. Certains essayent de participer à la vie du restaurant, sans vraiment « travailler » pour autant. Ils doivent tout de même s’ennuyer ferme…

Et puis arrive le jour de la rentrée. Les bus jaunes sont de sortie. Dans notre rue, le bus s’arrête pour emmener les enfants à l’école. Devant l’entrée de l’immeuble, un groupe d’enfant attend, accompagnés de leur parents, qui restent là pour l’occasion.

Le bus, une fois arrêté, accueille les enfants, et s’en vient un laïus d’explications : il faut mettre la ceinture, ne pas chahuter… cela dure quelques instants tout de même. Pendant ce temps, une file de voitures s’accumule derrière l’autobus scolaire, car sachez qu’il est FORMELLEMENT INTERDIT de dépasser un autobus jaune à l’arrêt et qui a mis ses avertisseur en fonctionnement. Les voitures arrivant en face aussi sont à l’arrêt, car il est aussi FORMELLEMENT INTERDIT d’avancer et de croiser un autobus jaune, dans la même situation.

Trois minutes plus tard, l’autobus repart, les voitures aussi, mais l’ensemble s’arrête 40 mètres plus loin : il y a un nouveau groupe d’enfants devant un autre immeuble. Et la scène se reproduit.

J’ai réussi, ce jour là, à dépasser à pieds l’autocar scolaire, à trois reprises.

Une réflexion au sujet de « C’est la rentrée ! »

  1. Notre Cécile a commencé vendredi à conduire un bus de collecte pour un CAT, dans la région. Il n’y a pas (et de loin) les mêmes contraintes au niveau code de la route.
    Bises à vous deux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *