Le métro tire sa révérence

Le métro de Montréal comporte aujourd’hui 4 lignes qui permettent de parcourir la ville assez facilement. Comparativement au métro parisien ou rennais, le prix du ticket de métro peut paraître élevé : 3,25 $ soit plus de 2€. Cependant, des forfaits mensuels existent, et il faut relativiser ce coût par rapport au niveau de vie général.

Inauguré en 1966, le métro de Montréal a fêté ses 50 ans en 2016. Il s’agit d’un métro plutôt jeune qui dispose de plusieurs particularités dont certaines sont amusantes : 

  • Il est automatique, mais dispose toujours de conducteurs. Il n’est pas rare de voir le conducteur les bras croisés à l’avant dans sa cabine, en train de manger ou même debout derrière le siège.
  • Les lignes ont des couleurs : Jaune, Verte, Orange, et Bleue. Elles ont aussi des numéros que personne ne connait ni utilise. Ainsi, peu de gens savent que la ligne 3 n’existe pas : les lignes sont actuellement numérotées 1, 2, 4 et 5. La ligne 3 est un projet (ligne Rouge) qui n’a jamais aboutit.
  • Toutes les stations sont uniques. Chacune d’entre elle a été conçue par un architecte différent et ont donc un « look » différent. Il est ainsi normalement possible de reconnaître une station simplement par son revêtement mural et ses couleurs. Défaut cependant, certaines stations fleurent bon les années 60 niveau décoration, et il est fort à parier que cela ne changera pas de sitôt.

    Photo de la station Lionel Groulx, dont le sol est composé de tomettes de plusieurs tons d'oranges et de jaune.
    http://montrealinpictures.com/blog/tag/lionel-groulx-metro/
  • Les freins du métro sont en bois. C’est une particularité inspirée des premières heures du métro de Paris. Cela donne une odeur particulière, bien que la majorité du freinage soit électrique avec récupération d’énergie au travers des moteurs. Contre toute attente, les freins en bois sont plus économiques et durables, en plus d’être particulièrement silencieux.

Le métro est composé de 3 types de trains : les métro de type « Azure », introduits depuis quelques mois seulement, les MR73 (qui datent de 1973) et les MR63, présents depuis l’ouverture de 1966. La dernière rame de 1966 tire d’ailleurs sa révérence cette semaine en parcourant une dernière fois l’ensemble des lignes du réseau. Une tournée d’adieux, pour ce modèle qui a parcouru des millions de kilomètres au fil des années. Ce fut d’ailleurs le premier modèle qui a transporté Nono & Nono lors de leur première visite du métro montréalais.

La STM qui exploite le métro de Montréal invite d’ailleurs les voyageurs à partager ce moment sur les réseaux sociaux, et dire merci à ce matériel roulant par l’intermédiaire du « mot-clic » #MerciMR63 :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *